Ban Ki-moon: « Nous avons besoin de lois fortes pour mettre fin à la violence contre les femmes »

0
1182
La Présidente du Libéria, Ellen Johnson-Sirleaf (à droite), avec des membres de la première unité de police entièrement composée de personnel féminin au sein d’une opération de maintien de la paix. Photo : Emmanuel Tobey/MINUL

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a assuré que « notre objectif est une planète où les femmes et les filles vivent à l’abri de la violence et de la discrimination ».

e chef de l’ONU a fait cette déclaration en marge de la 50ème Assemblée générale de la « Déclaration de la Conférence internationale de Kigali de 2010 », tenue récemment à Alger, porte sur le rôle des organes de sécurité pour mettre fin aux violences faites aux femmes et aux filles.

Né dans le cadre de la campagne Africa UNiTE, lancée en 2008 afin de mettre fin aux violences faites aux femmes, ce mécanisme a pour objectif de renforcer les capacités techniques des organes de sécurité par de nouvelles approches d’éradication des violences basées sur le genre.

Lors de cette importante rencontre, Ban Ki-moon a indiqué que « La police joue un rôle essentiel dans la lutte contre les abus. Les policiers travaillent avec leurs homologues judiciaires, enquêtent sur les allégations, identifient les auteurs présumés, font la promotion de la responsabilité et assurent l’accès au recours pour les victimes ».

Soulignant le rôle essentiel des forces de police pour lutter contre les violences faites aux femmes et aux filles, le Secrétaire général a déclaré que « lorsque les policiers sont formés et chargés de repérer les signes de violence familiale, les décès dus aux violences domestiques diminuent ».

Ban a ajouté: « nous avons besoin de lois fortes pour mettre fin à la violence contre les femmes, y compris les mutilations génitales féminines, et nous avons besoin que ces lois soient appliquées». Car, a-t-il estimé, «lorsque des mesures juridiques répondant à la violence contre les femmes et les filles sont en place avec des réponses et des services de qualité pour les survivantes, nous commençons à voir le changement ».

C’est ainsi que le chef de l’ONU a demandé aux États Membres de fournir des femmes policières aux opérations de maintien de la paix, assurant que ces dernières «peuvent mettre les communautés à l’aise et servir de modèles pour les femmes au niveau local ».

pour Ban Ki-moon, il n’y a pas de doute que « cela est essentiel dans notre monde où trop souvent nous voyons le problème déplorable de membres des forces de l’ordre impliqués dans des violences contre les femmes et les filles », a-t-il conclu.

Patricia L. ENGALI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici