Tribunal du Sport : Nouvelle Confrontation avec Samuel Eto’o en Suisse

0
109
Samuel Eto’o

En attendant les résultats de l’enquête menée à son encontre par la Confédération Africaine de Football (CAF) concernant des allégations de trucage de matchs du championnat du Cameroun, le président de la Fécafoot se retrouve une fois de plus au cœur des débats devant le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) à Lausanne.

Au Cameroun, le football et les tribunaux semblent aller de pair. Avec le temps, Samuel Eto’o a appris à composer avec cette réalité. Porteur de l’ambition de « restaurer la grandeur du football camerounais » en replaçant le sportif au centre de toutes les préoccupations, la route pour atteindre cet objectif semble de plus en plus semée d’embûches pour le président de la Fédération Camerounaise de Football (Fécafoot).

Si les controverses et les scandales, qu’ils le concernent directement ou non, sont désormais monnaie courante, la menace pesant sur son mandat demeure tout aussi tangible et régulière. En effet, les jours (voire les semaines) à venir s’annoncent cruciaux pour le quadruple Ballon d’Or africain.

« Déni de Justice »

Des sources non officielles indiquent que la Confédération Africaine de Football (CAF) serait sur le point de rendre les conclusions de son enquête concernant l’ancien joueur du FC Barcelone, soupçonné d’avoir manipulé des matchs du championnat national. Alors qu’un vent de panique souffle au sein de la Fécafoot, les détracteurs de Samuel Eto’o ont saisi à nouveau le Tribunal Arbitral du Sport (TAS) en invoquant « un déni de justice », selon les termes de Delphine Deschenaux-Rochat, conseillère auprès de l’instance basée à Lausanne, dans un courrier adressé à la Fécafoot le 20 mars dernier.

Vers une Suspension d’Eto’o ?

Une cinquantaine de plaignants, comprenant des clubs, des dirigeants, la Ligue de football professionnel du Cameroun (Lfpc), ainsi que le journaliste Guibaï Gatama, un membre du Comité exécutif de la Fécafoot actuellement sous le coup d’une suspension, envisagent de demander la suspension de Samuel Eto’o de ses fonctions et de toutes activités liées au football. Treize membres du Comité exécutif de la Fécafoot sont également concernés par la déclaration d’appel déposée auprès du TAS le 15 mars.

« Les plaignants reprochent à Samuel Eto’o d’avoir non seulement violé plusieurs articles du Code éthique de la Fécafoot relatifs à l’intégrité et à l’abus de fonction à des fins privées ou pour en tirer un avantage pécuniaire, mais aussi des dispositions du Code éthique de la FIFA relatives aux activités de paris sportifs et de jeux d’argent », affirme une source bien informée sur le dossier.

Par ailleurs, il est également mentionné que ses adversaires entendent demander au TAS de « condamner Eto’o à rembourser à la Fécafoot, sur ses fonds personnels, l’intégralité des dépenses occasionnées par les ruptures abusives des contrats liant la Fécafoot à Antonio Conceiçao d’une part, et la Fécafoot au Coq Sportif d’autre part ». Dans le premier cas, la Fécafoot a été condamnée à payer une amende de 1,6 million d’euros (soit plus d’1 milliard de FCFA) à l’entraîneur portugais, tandis que le montant pourrait être encore plus élevé dans le second cas.

Ya Willy.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici