Congo. Spotlight sur l’Ethnophoniste

0
111

COUP DE CHAPEAU. Le maestro DUKE ELLINGTON disait qu’il n’existe que deux genres de musiques, la BONNE et la MAUVAISE. La première se distingue de la seconde par la qualité sonore, l’orchestration et la beauté du texte.

Et dans ce domaine, il existe un CRACK que le CONGO ne produit plus comme autrefois, la disparition brutale de FRANKLIN BOUKAKA ayant presque signé la fermeture d’une belle pépinière. Et c’est un soulagement qu’en cette période de grand vacarme provoqué par le phénomène des MABANGA (dédicaces) que d’entendre une VOIX dissonante, celle de FREDY MASSAMBA.

Ancien lead vocal du mythique ballet « LES TAMBOURS DE BRAZZA », groupe avec lequel il s’est fait un nom, FREDY MASSAMBA est un ACROBATE doublé d’un percussionniste qui excelle dans l’art du VOCALESE.

Il est de la lignée d’EDDY JEFFERSON, JON HENDRICKS, BOBBY MCFERRIN. A la seule différence avec ces légendes américaines, lui a opté de chanter dans nos langues véhiculaires (kikongo, kilari, lingala) qu’il manient à merveille pour être conforme à l’esthétisme endogène et faire ressurgir toute la beauté de l’ANCESTRALITE.

ETHNOPHONY, l’album de ses débuts, porte une signature inimitable. Pour confirmer sa fulgurante ascension musicale, FREDY MASSAMBA vient de récidiver avec « TRANCESTRAL », nouvel album qui porte la même signature.

L’ancrage culturel ouvre l’esprit. Ainsi on peut explorer d’autres UNIVERS sans se dénaturer.

MASSAMBA, nom prémonitoire, patronyme éponyme parce que toute sa créativité artistique est MASSIVE.

Par NGOMBULU YA SANGUI YA MINA BANTU LASCONY

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici