RDC. Guerre du M23 : les États-Unis n’ont rien à voir

0
308

TRIBUNE. Plusieurs compatriotes (y compris des responsables politiques et militaires) m’ont envoyé une vidéo dans laquelle on parle du rôle supposé des États-Unis dans la guerre menée contre la RD Congo par le mouvement terroriste du M23 créé et soutenu par le Rwanda. Il y a quelques jours, des Congolais ont manifesté devant l’ambassade américaine à Kinshasa pour dénoncer le soutien des États-Unis au régime de Kigali.

Le fait est que les États-Unis n’ont rien à voir dans cette histoire du M23. Ils ne sont pas directement impliqués dans la guerre que mènent ces supplétifs du Rwanda, excroissances des Forces de défense rwandaises (RDF), comme l’affirment certains.

La résurgence de ce groupe terroriste est le résultat d’une politique étrangère (sous-régionale) congolaise totalement déconnectée de la réalité. En invitant les voyous du M23 à Kinshasa et en déclarant devant Paul Kagame et certains chefs d’État africains qu’ils sont Congolais, Félix Tshisekedi les a légitimés aux yeux de ses interlocuteurs et du monde.

Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que Paul Kagame rappelle constamment cela lors de ses interventions publiques, soulignant récemment que Félix avait déclaré à Londres que « les Banyamulenge sont des Congolais ».

En vérité, le gouvernement congolais est pris dans le piège de ses propres erreurs diplomatiques et militaires. Il est pris dans le piège des déclarations intempestives et parfois irréfléchies de Félix Tshisekedi sur la question du Kivu. C’est ce qui ressort souvent des discussions et des échanges avec les diplomates et observateurs étrangers.

En lieu et place de faire des déclarations à l’emporte-pièce contre le Rwanda et Paul Kagame, disqualifiant au passage, sans le réaliser sûrement, la parole de la RDC sur la scène régionale et internationale, Félix Tshisekedi ferait mieux de changer d’approche diplomatique. La décision de ne pas négocier avec le M23 est une très bonne chose, mais ce n’est pas suffisant. Il faut également neutraliser le narratif sur les soi-disant «Banyamulenge» et les FDLR. Aussi, le gouvernement congolais doit faire montre d’un minimum de sérieux dans la gestion de la crise sécuritaire que connaît le Nord-Kivu.

La posture publique des autorités doit être en adéquation avec la situation que traverse le pays. On ne peut pas prétendre défendre la patrie et passer son temps à critiquer le Rwanda alors qu’on affiche une posture désinvolte à Kinshasa. Voir les images du président ou des autorités d’un pays occupé et en guerre fêter ou célébrer bruyamment la victoire d’une équipe nationale interroge toujours…

Les États sont aussi et souvent jugés en fonction de la posture et du comportement de leurs dirigeants. Pour l’heure, plusieurs capitales estiment, à tort ou à raison, que Paul Kagame paraît plus sérieux et plus cohérent que Félix Tshisekedi, dont les propos laissent souvent les autres dirigeants étrangers sans voix.

Félix doit donc changer de posture et d’approche pour que la voix du Congo soit prise au sérieux sur la scène régionale, continentale et internationale. Son intransigeance dans le dossier du M23 est une très bonne chose, mais ça prend plus pour renverser le rapport de force sur le terrain diplomatique et militaire.

Je reviendrai prochainement sur la stratégie militaire du M23 et et le rôle des États-Unis dans la gestion de la crise RDC-Rwanda.

Je bois mon lait nsambarisé

Par Patrick Mbeko

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici