RD Congo. Le FCC dans la majorité et dans l’opposition…

0
667

OPINION. Dans le ticket de l’Union Sacrée pour la composition du futur Bureau définitif de l’AN, il se révèle trois détails d’extrême importance pour comprendre les dessous de ce qui se trame dans le nouveau paysage politique en RDC.

De prime abord l’on est surpris de voir proposé à la vice-présidence de l’AN le MÊME individu qui durant la MÊME législature, est destitué puis en voie d’être réélu au MÊME poste quasi par les MÊMES collègues députés. Ça parait hallucinant mais en réalité l’équation est facile à résoudre : “Destitué sous un mot d’ordre de KINGATAKI et réhabilité sous un mot d’ordre de l’OUA », une preuve de trop qui place les députés congolais à mille lieues de pouvoir voter en en âme et conscience.

Secundo, l’on peut constater sans peine que la présidence du Bureau, quant à elle, est confiée à un transfuge de Front Commun pour le Congo. Celui-là même qui le 12 décembre dernier portait le calicot pour défendre le Bureau Mabunda avant qu’il n’occupe le même trône quelques heures plus tard. On a beau le présenter sous la bannière de son parti politique, n’empêche qu’il reste un transfuge de FCC à part entière. Dans l’embarras de choix qui s’est fait depuis une semaine entre Lihau et Mboso ( tous deux sortis de FCC), on en déduit aisément qu’à ce poste la candidate est UNIQUE et que, pour des raisons obscures, ce poste est STRICTEMENT réservé à un « ancien » de FCC ou au FCC tout court ( c’est selon).

Troisième constat très éloquent, c’est bel et bien le poste du Rapporteur-Adjoint réservé d’office à l’opposition et qui dans le billet de l’USN est confié d’office au FCC qui dans l’entendement des stratèges de l’Union sacrée, est le représentant attitré de l’opposition congolaise. Libre au Fcc de basculer dans l’opposition mais que l’union sacrée prenne la grave décision de réduire l’opposition au FCC est révélateur d’un plan déstabilisateur. Lequel?

Comme on l’avait signalé il y a quelques semaines, les consultations nationales visaient aussi et surtout à phagocyter Lamuka. Deux grands ténors de cette plateforme ont rejoint le camp qu’ils avaient jadis houspillé et accusé de fraude et d’illégalité mais Fayulu et Muzito n’ont pas mordu à l’hameçon et constituent par ce fait une menace sérieuse contre les calculs politiques de 2023.

Je crois comprendre que pour cette raison, deux pièges sont désormais tendus à ce résidu insoumis de Lamuka dans cette nouvelle configuration politique post-consultations. Soit l’USN agira en marginalisant ou en ignorant carrément ces deux insoumis dans la recomposition du nouveau jeu politique tel qu’on le voit quant au choix du candidat de l’opposition Fcc au Bureau définitif.

Soit le FCC qui a déclaré publiquement lutter désormais dans l’opposition alors qu’il est largement représenté à l’USN n’ait mis au point la machiavélique stratégie consistant à appâter les deux insoumis pour feindre former avec eux le bloc commun de l’opposition mais en réalité avec l’intention à moyen terme de les pousser à l’erreur pour leur tordre le cou avant les échéances de 2023. Cave canem! Gare à l’ennemi qui est juste à tes portes!

Par German Nzinga (Chercheur indépendant)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici