RD Congo. Passe d’armes entre le ministre T. Mwaba et l’IGF Alingete

0
264

TRIBUNE. Ministre Tony Mwaba: « Je précise que c’est un dossier de vengeance puisque entre Alingete et le ministre de l’EPST, c’est le ministre de l’EPST qui traque les détourneurs. Pour preuve, quand je suis à la tête de ce ministère, trois jours après, j’ai intercepté un paiement de 2 millions d’euros qui a quitté la banque centrale pour le compte de Veridos qu’Alingeti connaît. Pourquoi cet argent, parce que Veridos voudrait donner aux élèves du primaire les cartes biométriques et les exigeait le paiement de 5 euros à chaque élève. Je lui ai dit qu’au niveau primaire, c’est la gratuité totale. Et la gratuité est non négociable, ce contrat ne passera pas ».

IGF Alingete : « Les allégations populistes du ministre de l’EPST sont sans fondement parce que cette société allemande avait été déjà payée par le ministre des Finances au mois de février 2021, soit 2 moins avant que lui ne devienne ministre. Le prétendu blocage de fonds évoqué par lui est donc utopique”.

Tony Mwaba: « Il m’a appelé pour me dire que ce sont ses amis, j’ai les preuves des appels, il doit faire attention je suis avocat et mon honneur ne sera pas sapé dans ces conditions-là. J’ai refusé et fait une correspondance à la Rawbank, pour dire, vous ne devez pas payer cet argent, ça doit retourner dans le trésor public et j’ai la lettre (…). Tous les Congolais qui étaient dans le dossier Veridos se sont maintenant ligués contre moi, et ont trouvé l’occasion de passer par Alingeti pour me salir. »

Publicité

MA PETITE CONCLUSION :

1) Un tel conflit ouvert au sommet de l’Etat nuit énormément à l’image du pays. Au lieu de livrer leur pugilat sur la place publique, ils doivent s’en remettre à la Justice qui en détient la compétence, à condition bien évidemment que cette dernière donne les garanties d’être encore impartiale

2) Qui publie régulièrement les correspondances de l’IGF Jules Alingete sur les réseaux sociaux ? Y a-t-il encore le respect du principe juridique de la présomption d’innocence dans ce pays? À ce que je sache, l’IGF n’a pas compétence de juger ou de livrer des gens en pâture à l’opinion publique. Son travail consiste à mener des enquêtes et à les confier entre les mains de la justice qui a la responsabilité de statuer.

3) Vivement des gardes-fous à ce précieux serviteur de l’Etat qui abat un énorme travail mais qui reste un probable objet d’instrumentalisation des politiques pour se régler des comptes.

4) Une dernière préoccupation qui me ronge : l’IGF a mis à nu les vols du trésor public par des mandataires véreux détenant des cartes VISA pour retirer illégalement l’argent comme bon leur semble. Ensuite elle a mis la main sur des détournements en millions de dollars de Willy Bakonga, l’ancien ministre de l’EPST.

Ma question fondamentale : combien de dollars ont pu être récupérés pour le compte du trésor public? Tout ce qui précède ne servira à rien sinon à du simple bruit populiste et à d’effets cosmétiques si les voleurs débusqués par l’IGF ne remboursent guère l’argent volé…

Par Germain Nzinga

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here