Maroc: Forte baisse du rythme de croissance de l’économie nationale

0
1516
La valeur ajoutée du secteur primaire en volume, corrigée des variations saisonnières, a affiché une baisse de 10,9% durant la même période en 2016, selon le HCP

Au troisième trimestre, l’arrêté des comptes nationaux l’a évalué à 0,8%

La croissance de l’économie nationale a enregistré un net recul au troisième trimestre de l’année 2016, selon les dernières données statistiques publiées par le Haut-commissariat au plan (HCP).
L’arrêté des comptes nationaux fait ressortir un net ralentissement de croissance de l’économie nationale, se situant à 0,8% au troisième trimestre 2016 au lieu de 4,1% durant la même période de l’année 2015, a indiqué le HCP dans une note d’information sur la situation économique au troisième trimestre 2016.
« Cette croissance a été tirée par la consommation finale des ménages et l’investissement dans le contexte d’une inflation maitrisée et d’une augmentation des besoins de financement de l’économie nationale », a noté le HCP.
Dans sa note, le HCP a également relevé que la valeur ajoutée du secteur primaire en volume, corrigée des variations saisonnières, a affiché une baisse de 10,9% durant la même période en 2016, après avoir connu une hausse de 13,5% durant le troisième trimestre de l’année 2015.
Le HCP a attribué cette mauvaise performance au recul de l’activité de l’agriculture et de la pèche. En effet, ces deux activités ont connu respectivement une baisse de 11,7% au lieu d’une hausse de 13,3% une année auparavant et un recul de 1,6% au lieu d’une hausse de 15,9%.
En ce qui concerne la valeur ajoutée du secteur secondaire, les données analysées font ressortir un ralentissement de son rythme de croissance. Celui-ci étant passé de 1,8% le même trimestre de l’année précédente à 0,9%.
Les analystes du HCP attribuent ce ralentissement au faible accroissement des valeurs ajoutées de l’électricité et eau de 3,9% au lieu d’une hausse de 4,6%, des industries de transformation de 0,8% au lieu de 2,8% ainsi que du bâtiment et travaux publics de 0,7% au lieu de 0,1%. Outre la baisse de la valeur ajoutée de l’industrie d’extraction de 1,4% au lieu d’une baisse de 3%.
A propos de la valeur ajoutée du secteur tertiaire, ces derniers ont, en revanche, relevé une amélioration de 2,5%, contre 1,2% le même trimestre de l’année 2015. Cette performance serait due à l’accroissement des valeurs ajoutées des activités des hôtels et restaurants de 7,7% au lieu d’une baisse de 1,6% ; de transport de 3,5% au lieu de 2,9% ; des postes et télécommunications de 3,5% au lieu de 4%; des services rendus aux ménages et aux entreprises de 2,5% au lieu de 3,6%; des services rendus par l’Administration publique générale et sécurité sociale de 2,2% au lieu de 0,5%; du commerce de 1,9% au lieu de 1,2%; des services financiers et assurances de 1,9% au lieu d’une baisse de 3,6% ; des services de l’éducation, de la santé et de l’action sociale de 1,7% au lieu de 0,6%.
Sur la base des données analysées, le HCP a constaté que la valeur ajoutée des activités non agricoles a connu globalement une hausse de 1,9% contre 1,6% au troisième trimestre de l’année 2015.
« Dans ces conditions, avec l’augmentation des impôts sur les produits nets des subventions de 6,3% au lieu de 13%, le Produit intérieur brut (PIB) en volume s’est accru de 0,8% durant le troisième trimestre 2016 au lieu de 4,1% une année auparavant », souligne-t-il.
Au niveau des prix courants, le PIB a connu une augmentation de 2,8% au lieu de 6%, une année auparavant. La hausse du niveau général des prix a été, ainsi, de 2% au lieu de 1,9%.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici