Le documentaire África mía (mon Afrique) considéré comme le «Buena Vista Social Club» malien, ouvrira la 18ème édition du Festival de Cinéma Africain de Tarifa

Le film français, de Richard Minier et Édouard Salier, émerge comme une explosion musicale face au cinéma engagé avec la réalité sociale qui alimente cette édition du FCAT

0
347

La ville de Tarifa accueille la 18ème édition du Festival de Cinéma Africain de Tarifa-Tanger FCAT entre le 28 mai et le 6 juin 2021, festival transfrontalier du sud de l’Europe sur les cinémas d’Afrique et ses diasporas. Cette rencontre culturelle et cinématographique s’organise annuellement entre deux continents, l’Europe et l’Afrique, deux pays, l’Espagne et le Maroc et deux villes, Tarifa et Tanger.

Las Maravillas de Mali fut le premier orchestre afro-cubain du continent américain. Ché Guevara lui-même fut leur interprète lorsqu’ils connurent à Fidel et la chanson Rendez-vous chez Fatimata devint un classique qui émut toute l’Afrique dans la période d’enthousiasme postcolonial. À la chaleur du documentaire Africa Mia, la fabulosa historia de Las Maravillas de Mali (la fabuleuse histoire des Merveilles du Mali), de Richard Minier et Édouard Salier, le FCAT a décidé d’inaugurer, lors de l’édition qui atteint sa majorité en âge, la musique exquise et les aventures de cet orchestre.

Ce documentaire raconte une épopée culturelle et humaine qui revoit la fabuleuse histoire de ce groupe malien et qui sort en Espagne, sur l’écran du festival de Tarifa, le vendredi 28 mai. Face au cinéma plus engagé avec la réalité sociale, dont s’occupera largement cette édition du festival dans plusieurs de ses sections, émerge l’explosion musicale du film français, sur un groupe de musiciens maliens envoyés à Cuba après l’indépendance pour apprendre la musique. Et il y a une musique merveilleuse, des musiciens remarquables, la nostalgie d’une musique qui a fait danser des générations et un fond de géopolitique. Ce sont les ingrédients de ce documentaire qui ouvre le FCAT.

Publicité

Cette histoire commença en pleine Guerre Froide, en 1964, lorsque dix musiciens du Mali arrivèrent à Cuba pour étudier la musique et tisser des liens culturels entre les deux régimes socialistes. Pendant sept ans, ils fusionnèrent des sons et devinrent le premier groupe afro-cubain de l’histoire, Las Maravillas de Mali, un hommage au groupe cubain Las Maravillas de Florida. Cinquante ans plus tard, le producteur musical français Richard Minier, un des réalisateurs de ce documentaire, reconnut un des musiciens à Bamako et décida de réunir le groupe légendaire.

Pour cette édition si spéciale, dans laquelle le festival atteint sa majorité en âge, une photographie de l’artiste sénégalais Omar Victor Diop, référence internationale de son pays par sa manière decapturer la diversité des sociétés et styles de vie africains modernes, est le héros de l’affiche, qui annonce le plus grand rendez-vous transfrontalier de cinéma africain dans le monde hispanophone. Le FCAT compte à son tour sur le plus grand fond cinématographique sous-titré espagnol spécialisé dans les cinémas d’Afrique.

Les sections qui composent le FCAT sont: ‘Hipermetropía’ (Hypermétropie), section compétitive de long-métrages avec films de fiction et de non-fiction; ‘África en breve’ (Afrique sous peu), section compétitive de court-métrages; ‘Afroscope‘, sélection panoramique de films africains et internationaux à propos des réalités africaines contemporaines; ‘La tercera raíz’ (la troisième racine), cinéma latino-américain qui influence la diaspora africaine et ‘Miradas españolas’ (regards espagnols), avec des films de réalisateurs espagnols qui mettent l’accent sur l’Afrique.

En 2021, le Soudan sera le pays invité de la 18ème édition du Festival de Cinéma Africain avec la première rétrospective consacrée en Espagne à sa cinématographie. De plus, nous conterons une nouvelle année sur ‘El Árbol de las palabras’ (l’arbre des mots), le forum de l’industrie et de la formation du FCAT, un espace de connaissances spécialisées des cinémas africains et de leurs industries qui a pour objectif la création de synergies professionnelles favorisant la production et le positionnement commercial des nouveaux contenus cinématographiques provenant d’Afrique et de ses diasporas.

Le FCAT développera également une nouvelle année ‘Espacio Escuela’ (espace école), la rame pédagogique du festival, un espace de rencontres et de sensibilisation pour le public scolaire au travers de projections de titres cinématographiques et sessions didactiques centrées sur les valeurs de diversité culturelle, coopération et solidarité. En 2021, les centres culturels espagnols de différentes villes du Maroc feront également partie de ‘Espacio Escuela’. Le pays magrébin et la communauté autonome andalouse sont des régions ayant une histoire commune, avec de profonds liens historiques et culturels que ce festival relie à nouveau en étendant un pont de cinéma et de culture dans le détroit de Gibraltar.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here