Les Assises Nationales du Congo: le chômage de masse des jeunes est la véritable raison du drame d’Ornano

0
335

TRAGEDIE. « Les circonstances chaotiques de l’opération de recrutement expliquent visiblement ce énième drame que connaît un pays dont la mauvaise gouvernance est une évidence », affirme le Bureau des Assises Nationales du Congo dans le communiqué ci-dessous:

« COMMUNIQUE DE PRESSE sur la mort de plusieurs dizaines de jeunes candidats au recrutement dans les Forces armées congolaises.

Ce 21 novembre 2023, à Brazzaville, plusieurs dizaines de jeunes congolais sont morts au cours d’une échauffourée, suite à de coups portés par des militaires et des policiers en pleine nuit dans un stade situé à côté d’un camp militaire.

Les victimes se comptent parmi plus de 5000 jeunes âgés de 18 à 25 ans s’étant présentés sur le lieu d’un recrutement organisé par le gouvernement pour le renforcement des effectifs des Forces Armées Congolaises, lesquelles sont structurées pour assurer l’hégémonie de la tribu de l’actuel Chef de l’Etat.

Les circonstances chaotiques de l’opération de recrutement expliquent visiblement ce énième drame que connaît un pays dont la mauvaise gouvernance est une évidence.
Le chômage de masse qui frappe la jeunesse congolaise est la véritable raison du drame ainsi survenu. Le deuil frappe le Congo. Le peuple a perdu probablement plus de cent de ses jeunes fils et filles.

Dans une telle situation le mépris des oligarques est observable à travers le silence du Président de la République, Monsieur Denis Sassou Nguesso, ainsi qu’à travers le tâtonnement et la réaction tardive de son gouvernement.

En effet on retiendra que le drame a eu lieu entre 23h le 20 novembre et 2h du matin le 21 novembre 2023. À titre d’illustration, on remarquera que le premier communiqué du gouvernement publié le 21 novembre vers 11h, tard en effet, est un texte non signé et qui fournit un faux chiffre concernant le nombre de morts tout en ignorant celui des blessés.

Le Congo va vivre pendant quelques jours au rythme des gesticulations médiatisées du pouvoir exécutif et d’un pouvoir judiciaire aux ordres du dictateur de Brazzaville.

Au-delà du bruit médiatique que le système Sassou Nguesso sait organiser, le peuple congolais saura poursuivre, avec dignité, sa longue lutte pour mettre fin à la dictature en place depuis le coup d’État opéré en octobre 1997 par le même général Denis Sassou Nguesso.

« Les Assises Nationales du Congo » sont solidaires avec toutes les familles éprouvées. Le temps du deuil lié au drame du 21 novembre 2023 marquera une étape dans la conscientisation de la jeunesse congolaise pour poursuivre une lutte d’émancipation qui aboutira à la reconstruction et au développement de la République du Congo.

Fait à Paris, le 21 novembre 2023.
Le Bureau des Assises Nationales du Congo.
Pour le Délégué Général,
Djess dia Moungouansi , Porte-parole.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici