Deuxième table ronde de Paris sur le financement des projets intégrateurs de la CEMAC

Une moisson au-delà des attentes

0
230
Le ministre de l’économie et des finances, M. Jean-Baptiste ONDAYE.

Du 28 au 29 novembre 2023 s’est tenue, dans la capitale française, la deuxième table ronde des bailleurs des fonds pour la mobilisation des financements en faveur de la mise en œuvre des projets structurants et intégrateurs de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac).

Les assises de Paris qui ont connu une forte participation des parties prenantes ont été placées sous les auspices du Chef de l’Etat centrafricain, président en exercice de la conférence des Chefs d’Etat de cette institution communautaire.

En sa double qualité de président de l’Union monétaire de l’Afrique centrale (Umac) et du comité de pilotage du programme des réformes économiques et financières de la Cemac (Préf-Cemac), le ministre de l’économie et des finances, M. Jean-Baptiste ONDAYE, a pris une part active à cette importante réunion.

Une bonne moisson

Cette deuxième table ronde a, comme la première, produit une bonne moisson   permettant le financement des treize projets intégrateurs sélectionnés au titre du deuxième programme.

En effet, les représentants de la Cemac sont sortis de la réunion de Paris en ayant  dans l’escarcelle communautaire la bagatelle de 9209,95 millions d’euros, soit environ 104,2% du financement attendu. Ce qui représente ainsi un surplus de 374,8 millions d’euros, sans compter les promesses que confirmeront les partenaires financiers, notamment : Arise (301 millions d’euros) ; la Bdeac  (695 milliards de fcfa ) ; la Bad (389,77 millions d’euros) ; la Banque mondiale (330 millions de usd ) ; Blend finance (5596 millions d’euros) ; le Wagas (400millions d’euros) et la Chambre de commerce africaine en scandinavie (environ 200 millions d’euros).

Le coût total des treize projets intégrateurs est estimé à 8835,875 millions d’euros. 1.513,701 millions d’euros, soit 17,13% de ce coût total ont déjà été mobilisés par la Cemac elle-même. La communauté a sollicité auprès de ses partenaires, le financement de 82,87% du coût de ces treize projets correspondant à un montant de 7.322,174millions d’euros.

Une pierre angulaire à la consolidation de la Cemac

Au regard de ces résultats qui sont au-delà des attentes, le président du comité de pilotage du Préf-Cemac, le ministre Jean-Baptiste, satisfait, a déclaré : « A tous  ceux qui ont fait des promesses de financement et à ceux qui ont annoncé leurs contributions au financement des projets intégrateurs de la Cemac, notre communauté, nos chefs d’Etat, nos gouvernements et nos peuples vous disent : vous avez fait œuvre utile, vous avez ainsi ajouté une pierre angulaire à la consolidation de la Cemac et au mieux-être de ses 63,8 millions d’habitants. L’histoire retiendra qu’un jour de novembre 2023, vous avez écrit en lettres d’or, une page de l’histoire de la Cemac. Nous ne vous en remercions jamais assez. »

D’une table ronde à l’autre

A Paris, le président du comité de pilotage du Préf-Cemac, le ministre Jean-Baptiste ONDAYE a fait la genèse des projets intégrateurs de la Cemac en ces termes : « Pour faire face au triple choc pétrolier, sécuritaire et sanitaire qui a gravement affecté nos économies depuis 2014, la conférence des chefs d’État de la CEMAC a défini une stratégie régionale de sortie de crise au cours des sommets de 2016, 2019 et 2021, dont la mise en œuvre a été confiée au programme des réformes économiques et financières de la CEMAC, placé sous la présidence dédiée du Président de la République du Congo,Son Excellence Monsieur Denis SASSOU N’GUESSO.

C’est ainsi que les chefs d’État ont adopté à Yaoundé, le 22 novembre 2019, un premier programme de onze projets intégrateurs prioritaires, sélectionnés par le Comité de pilotage du Préf-Cemac sur la base de critères objectifs de maturité et de bancabilité. Ce programme a été présenté à la première table ronde organisée à Paris, les 16 et 17 novembre 2020.

Cette table ronde a connu un succès historique, non seulement parce qu’elle a rassemblé les États membres, les États amis, les partenaires techniques et financiers et les investisseurs privés au niveau le plus élevé, mais également parce qu’elle a permis de mobiliser près de 3,8 milliards d’euros pour un montant recherché de 3,3 milliards d’euros. Les financements des projets présentés étaient ainsi bouclés. 

 Grâce au suivi constant mené par le comité de pilotage du Pref-Cemac, avec l’appui déterminant des États membres, de la Bad, de la Commission de la Cemac, de la Bdeac et de la Banque mondiale, la mise en œuvre des projets intégrateurs de la Cemac connait, pour la première fois, un succès remarquable depuis l’adoption du programme économique Régional de la CEMAC en 2011, malgré un contexte mondial marqué par les effets de la pandémie de la Covid-19 et de la guerre en Ukraine. 

En effet, 80% des projets intégrateurs présentés à Paris en novembre 2020, ont effectivement démarré, enregistrant ainsi des avancées notables, moins de trois ans après la mobilisation des financements »

 A noter que, couvrant un territoire de 3,02 millions de Km2 et comptant environ 63,8 millions d’habitants, l’espace Cemac est une terre d’opportunités. Les partenaires présents à la table ronde ont reconnu l’amélioration de la situation macroéconomique de cette partie de l’Afrique. Tous ont mis en avant l’immense potentiel dont regorge l’Afrique centrale à travers la jeunesse de sa population, la vitalité de son capital humain, ses terres arables qui s’étendent à perte de vue, ses écosystèmes diversifiés, ses abondantes ressources forestières et minières, ses immenses étendues d’eau et sa situation géographique privilégiée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici