Congo. Tous les Congolais doivent connaitre la vérité sur l’affaire du Maire de Brazzaville

0
1383

TRIBUNE. I- Une justice congolaise à double vitesse antécédents judiciaires sans poursuites pénales. Depuis le début de la lutte contre la corruption et les antivaleurs initiées par le Président de la République, nous constatons des interpellations et poursuites judiciaires qui ne cadrent pas avec le respect de la loi.

Le Président de la République avait dans son message, dit ne faire exception à aucune personne. Seulement, seuls les petits poissons sont interpellés et mis en prison alors que les gros poissons vivent paisiblement dans l’eu du pouvoir.

La dernière interpellation est celle du maire de Brazzaville, M, Christian Roger Okemba pour avoir semble-t-il détourné un milliard deux cent cinquante million de franc CFA alors que bon nombre des dignitaires du pouvoir sont soupçonnés, d’autres dénoncés par les organismes internationaux pour détournement des fonds public, tels que M, Denis Christel Sassou Nguesso, dénoncé par Global Witness pour détournement de 50 milliards de francs Cfa, et Claudia Sassou Nguesso pour l’achat d’un appartement aux états unis vivent tranquillement chez eux.

Une plainte de la société civile Congolaise traîne encore au Tribunal de Grandes Instance de Brazzaville en République du Congo. Et une demande de la levée de leur immunité parlementaire souffre encore sur la table de l’assemblé nationale.

Mr Lamyr Nguelet président de la commission de lutte contre la corruption, dans sa synthèse d’enquête annuelle avait cité le présumer détournement de fonds pour l’Agriculture. M. Rigobert Maboundou, gestionnaire de ces fonds n’a jamais fait l’objet des poursuites judiciaires.

Dans la même synthèse, apparait le détournement de beaucoup de milliards au ministère des hydrocarbures. Cependant M. Jean Marc Thysthere Tchicaya, ministre des hydrocarbures n’est toujours pas interpellé. Dans ce même chapitre de détournements, il est épingle celui des 14.000 milliards des générations futures, le détournement de 9 milliards de la CRF, les 4 milliards de la communication des années passées, les fonds alloués pour le renouvellement du matériel du CHU sans oublier les détournements des fonds des collectivités locales d’Owando-Plateaux-Pointe-Noire et autres.

Comment peut-on donc, expliquer pour un milliard deux cent cinquante millions de FCFA bloqué sur un compte bancaire à la BSCA, le président du conseil départemental et municipal de Brazzaville, son épouse, directrice d’un centre hospitalier et sa fille peuvent être détenus à la DGST pendant (9) jours et transférés à la maison d’arrêts de Brazzaville. A eux, il faut ajouter les cadres du Ministères des finances, directeur général du budget et autres.

La justice congolaise est-elle une justice à double vitesse ou les uns sont punis tandis que les autres vaquent tranquillement à leur train quotidien ? Que dit le Premier magistrat, le Président de la République ?L’arrestation de M. Christian Roger Okemba est même irrégulière, pour l’avoir suspendu et interpellé sans au préalable l’auditionner par le Conseil en session extraordinaire en respect des articles 49 et 50 de la loi du 6 février 2003 portant organisation du fonctionnement des collectivités locales.

Nous demandons donc solennellement, au Premier magistrat, Président de la République, d’ordonner l’audition de toutes les personnes soupçonnés et l’arrestation des coupables de détournements de fonds publics : la libération sans conditions des non coupables dans l’affaire Christian Roger Okemba afin d’engager des poursuites judiciaires régulières. Il va de même pour l’autorisation de l’audit de la SNPC, sans conditions puis de sa liquidation dont tout le personnel doit être reverser à la fonction publique.

A cela s’ajoute l’audit des 12 municipalisations accélérées, qui laissent des éléphants blancs partout ou des grands travaux sont passés. Des travaux réalisés sans respects des normes de constructions. La preuve se justifie par l’écroulement de la corniche, derrière le Casino, sous le prétexte des effets climatiques.

S’il en est ainsi, pourquoi le boulevard des Armées, construit par les ingénieurs congolais sous (feu) général Alfred Raoul n’est pas secoué par ces effets, alors qu’il date de plusieurs années. Le Congo va mal, car le laxisme observé dans l’impartialité de la justice a même poussés certains cadres du pouvoir d’avoir chacun une entité personnelle. A qui appartient le SIPAM qui entretien les routes en République du Congo ? A qui appartient la société E-cair ainsi que toutes les sociétés écrans qui exercent dans l’exploitation pétrolière en République du Congo ?

La concussion et la corruption sont instituées dans toutes les sphères de l’Etat qui prouve que personne ne peut jeter la pierre sur son prochain, comme cela est écrit dans la Bible.Qu’à cela ne tienne je demande à tous ‘’les voleurs’’, pilleurs et pillards des fonds de la République du Congo, (qui se battent, becs et ongles, pour diriger le Congo afin de mieux le piller et l’envoyer dans le mur ; ces voleurs et pilleurs font de leçon de morale a ceux qui n’ont pas pillé l’argent du Congo), de ramener immédiatement, avant la fin de l’année 2020, tous les fonds dilapidés en République du Congo pour la construction de notre beau pays. Toute l’administration y compris l’Assemblée nationale est constituée des femmes, des enfants, des belles-sœurs et amis de ces dirigeants. Cela n’est plus à citer c’est visible.

D’où vient-il que la nomination de la fille du maire de Brazzaville soit un motif de raillerie pour avoir été nommée Directrice des finances municipales dont la fonction et la gestion des fonds ne relève pas de sa compétence.

Nous devions bannir la justice à deux vitesses au Congo.

II- L’intolérance politique et les intrigues politiciennes

Le peuple Congolais doit connaitre la vérité sur l’affaire du maire de Brazzaville M. Christian Roger Okemba.

– De nationalité Congolaise, de père de Makoua (Cuvette centrale) et de mère d’Itoumbi (Cuvette ouest).

Il s’agit là, d’une jalousie politique et d’un règlement de compte politique. C’est la politique de l’Autruche qui consiste à dire : Ote-toi de la et que je m’y mette’’. Nous entendons que le bureau du conseil départemental et municipal de Brazzaville ainsi que la moitié des conseillers municipaux ont été instrumentalisés par des individus en mal de supporter l’ascension politique.

Le fameux rapport intitulé ‘’Regard Rétrospectif sur l’action du conseil départemental et municipal de Brazzaville, période allant de janvier 2018 à janvier 2020’’ partagé dans les réseaux sociaux serait l’œuvre de ces individus qui se seraient organisés pour mettre un terme à la carrière politique du maire Okemba, dont la popularité tant a Makoua qu’a Itoumbi risquerait de créer la nouvelle donne politique.

Si ces informations sont avérées nous disons tout simplement que faire de la politique de cette façon est aberrant. Parce que nombreux s’interrogent dans quel chapitre de la Mairie a-t-on obtenu le financement de cette cabale contre le maire central dans un grand hôtel de Brazzaville ?

M. le Président de la République doit bannir l’intolérance politique entre fils et filles d’un même département. Sinon ou conduirons-nous cette République du Congo avec des intrigues politiciennes à tous les niveaux de la société congolaises.

En Conclusion

Je fais mienne la pertinente citation d’un éminent président d’un parti politique au Congo je cite : ‘’Le problème de la corruption, des détournements des derniers publics qui touchent tout le pays’’Je réitère donc la même préoccupation de l’audit de la SNPC, des grands travaux, de la compagnie E-cair, l’audit de la construction des logements sociaux.

Dans la même optique, je demande, sans délai, le paiement des victimes du 4 mars 2012, des agents de l’ONTP en concert de casseroles qui n’interpelle pas la conscience du gouvernement dans le yoyo avec le peuple pour les promesses non tenues, avec le FMI, les opérateurs économiques, les étudiants, les hommes d’affaires, les retraités.

Par conséquent, je demande la publication de la liste des actionnaires des anciennes SNE et SNDE.Au Président de la République qui a prêté serment au nom du peuple congolais de prendre son courage comme (feu) Mobutu Seseseko pour dire ‘’Plus rien ne sera comme avant’’ et de prendre l’initiative de son frère cadet, le Président Angolais Lourenzo de rassembler tous les milliardaires véreux aux fin de rapatrier tous les fonds dilapidés au préjudice du peuple angolais de 2000 à 2020.

En ma qualité de président national d’un grand parti de l’opposition le ‘’PAR’’, ancien candidat a plusieurs élections présidentielles en République du Congo et futur candidat aux primaires de notre parti, j’invite la population congolaise en général, les militants et sympathisants et cadres du ‘’PAR’’ en particulier, à respecter scrupuleusement les mesures gouvernementales contre la pandémie du Covid-19.

Je vous remercie !

Le Président du PAR

Anguios Nganguia Engambé

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici