RD Congo. Le destin de l’Afrique se joue-t-il présentement au Mali?

0
99
Le Président de la Transition, SE le colonel Goita Assimi.

OPINION. En réaction aux mesures d’isolement et d’embargo de la CEDEAO appuyées par le gouvernement français qui a demandé le soutien du Conseil de Sécurité des Nations Unies, le gouvernement de transition du Mali semblait être sous peu sur le grill. Non pas seulement pour ses avoirs nationaux bloqués en banque mais surtout pour l’handicap de sa position géographique d’un pays enclavé qui se verrait dans l’impossibilité de se ravitailler en denrées de première nécessité. Aucun gouvernement au monde ne peut tenir debout sans le paiement des salaires de ses employés et avec un peuple affamé.

La première lueur d’espoir a pointé hier à l’horizon avec le refus catégorique des gouvernements russe et chinois à la proposition française. Ce veto vient de se voir renforcé ce matin par la prise de position du gouvernement de la Guinée qui a refusé d’obtempérer aux ukases de la CEDEAO, en laissant ouvertes ses frontières avec la république voisine du Mali. La Guinée touchant à l’océan Atlantique désamorce une partie du problème de ravitaillement du voisin malien.

Restera la question de l’argent pour pouvoir acheter et nourrir son peuple. C’est à ce niveau que tout pourra basculer en faveur ou défaveur du peuple malien. Aidés par le sens patriotique très élevé du peuple malien conscient d’être descendant du légendaire Empire mandingue de Soundiata Keita, les dirigeants actuels du Mali détiennent désormais entre leurs mains l’opportunité de démonter les fondations de l’ancien système post colonial, de défaire les anciennes alliances pour en créer de nouvelles notamment : avec l’opinion publique malienne qui a besoin de comprendre où va le pays pour supporter les sacrifices de l’embargo et pour rester soudés dans la résilience; avec les forces dites terroristes présentes sur terrain qu’il faut allier à la cause nationale; avec la Guinée voisine avec qui il faut signer un protocole commun de soutien militaire et économique réciproque mais aussi avec de nouveaux partenaires internationaux tels la Chine et la Russie favorables à la cause malienne.

S’il franchit ce pas important de cette quadriple alliance, alors le Mali sera en voie de réussir le pari d’instaurer un nouvel ordre politique et économique en Afrique de l’Ouest. Certes beaucoup d’obstacles jalonnent ce combat, ceux extérieurs mais aussi ceux internes pouvant aller jusqu’à la probable division dans le rang même de la junte au pouvoir par les forces impérialistes en vue de mieux les affaiblir. À ce niveau tout se jouera au détail stratégique mais aussi à la grande vision politique à inoculer à toutes les masses populaires maliennes pour qu’elles comprennent vers quel nouveau cap les dirigeants actuels veulent pousser le peuple malien et veulent susciter la fierté à tout malien d’avoir reconquis leurs libertés civiques et nationales.

Toute victoire du Mali sera contagieuse et aura inévitablement un effet domino. Elle donnera des idées à beaucoup d’autres peuples voisins lassés de cette guerre terroriste et asymétrique dont les pays du Sahel et leurs peuples semblent payer le lourd tribut et être les plus grands perdants.

En cherchant le fil conducteur entre les événements de Centr’Afrique, en Guinée et avec le coup d’état manqué avant-hier au Burkina Faso, on en déduit que quelque chose de très sérieux est en train de se jouer au Mali. Quelque chose comme une probable onde de choc qui pourra s’étendre au-delà des frontières maliennes et faire imploser tout un système de politique internationale instaurée en Afrique dans l’ère post coloniale. Le destin de l’Afrique est-il en train de se jouer au Mali? Wait and see!

Par Germain Nzinga

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here