Opération turquoise : la France n’est ni responsable ni coupable

0
252

OPINION. Lors de la conférence de presse d’Emmanuel Macron et Félix Tshisekedi, un journaliste congolais a abordé la question de l’opération Turquoise, estimant que la France porte une lourde responsabilité dans la déstabilisation de la RDC par le Rwanda à cause de cette opération militaro-militaire.

Le raisonnement qui sous-tend de cet argument est le suivant : l’opération Turquoise, enclenchée pour mettre fin au génocide au Rwanda, a permis aux Hutus rwandais — particulièrement les membres des Forces armées rwandaises (FAR) et les miliciens Interahamwe — responsables du génocide au Rwanda de trouver refuge dans les camps de réfugiés du Kivu, ce qui a permis à Paul Kagame et à l’Armée patriotique rwandaise (APR) d’envahir la RD Congo.

Cet argument largement répandu n’est pas conforme à la réalité des faits, qui est beaucoup plus complexe. Trois précisions méritent d’être faites par rapport à l’opération Turquoise:

– Primo, l’opération militaro-humanitaire ne concernait pas que la France; plusieurs pays africains étaient également impliqués : Guinée-Bissau, Tchad, Niger, Congo-Brazzaville, Sénégal, Égypte et Mauritanie

– Secundo : des centaines de milliers de Hutus avaient commencé à quitter le Rwanda bien avant l’arrivée des Français. Les premiers flux massifs de réfugiés hutus en direction du Zaïre eurent lieu entre le 11 et le 17 juillet dans le nord-ouest du pays vers la région de Goma. Cette partie n’était pas tenue par les éléments de l’opération Turquoise.

– Tertio : c’est Paul Kagame qui a sciemment poussé les Hutus vers les camps de réfugiés du Zaïre pour des raisons que l’on comprend mieux aujourd’hui au regard de ce qui se passe dans la région.

En outre, la France ne porte aucune responsabilité dans la déstabilisation du Zaïre. Contrairement à l’opinion répandue, l’opération Turquoise a plutôt permis de stabiliser la situation au sud-ouest du Rwanda (Gikongoro, Kibuye, Cyangugu) où les Français avaient établi une « zone humanitaire sûre » et dans les camps de réfugiés du Zaïre.

Pour plus d’information, lire Patrick Mbeko, Guerre secrète en Afrique centrale, Kontrekulture, 2015; Charles Onana, Rwanda: la vérité sur l’opération Turquoise, L’Artilleur, 2018.

Par Patrick Mbeko

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici