Maroc: Timide amélioration du rythme de croissance au quatrième trimestre

0
1537
La légère reprise attendue des cours mondiaux du pétrole et des prix des matières premières industrielles risquerait d’impacter légèrement les importations nationales.

L’économie nationale se situerait à 3,9% au premier trimestre 2017, selon les prévisions du HCP

Le rythme de croissance de l’économie marocaine a connu une légère amélioration au quatrième trimestre 2016, grâce principalement aux activités secondaires qui ont progressé au cours de la même période, après une sensible décélération le trimestre précédent.
La croissance économique nationale se serait accrue de 1,2% durant cette période au lieu de +0,8% au troisième trimestre. La valeur ajoutée hors agriculture aurait, ainsi, crû de 2,5%, en glissement annuel, au lieu de +1,9% le trimestre précédent, a relevé le Haut-commissariat au plan (HCP) dans une note d’information sur l’état de la situation des principaux indicateurs économiques.
En détail, les analystes du HCP ont relevé un léger ralentissement de la demande intérieure privée au quatrième trimestre 2016. « Dans un contexte d’une hausse de 1,8% des prix à la consommation, les dépenses de consommation des ménages, en volume, se seraient accrues de 2,8%, en variation annuelle, au lieu de +2,9% au troisième trimestre, sous-tendues par une amélioration de 1,8% des transferts des MRE et un accroissement de 5,3% de l’encours des crédits à la consommation », ont précisé ces derniers.
D’après le HCP, l’amélioration de la consommation domestique aurait continué de profiter aux importations de biens de consommation qui auraient alors progressé de 16,5% au dernier trimestre de l’année 2016.
En ce qui concerne l’investissement productif, il aurait affiché une hausse de 6,4%, en variation annuelle (contre +8,7% un trimestre auparavant) due, particulièrement, à la poursuite du dynamisme de l’investissement en produits industriels. Ce, « dans un contexte de renforcement des importations des biens d’équipement et de progression de près de 7,1% du flux des crédits accordés à l’équipement », a précisé le HCP.
A en croire ces experts, l‘investissement en construction aurait, pour sa part, poursuivi son redressement, pour le deuxième trimestre successif. Ce, dans le sillage d’une reprise de la demande adressée à l’immobilier et d’un raffermissement de 5,4% de l’encours des crédits destinés à l’habitat.
Selon eux, le rythme de croissance des activités non-agricoles se serait situé à 2,5%, en variation annuelle, au lieu de +1,9% un trimestre auparavant, enregistrant ainsi une légère évolution au quatrième trimestre 2016.
«Les branches tertiaires auraient continué de soutenir l’activité économique, grâce notamment à la dynamique des activités du commerce et de la communication et de la sensible reprise des activités touristiques, dont la valeur ajoutée se serait redressée de 7,1%, en variation annuelle, après avoir progressé de 7,7%, un trimestre auparavant», a également observé le HCP, soulignant que la valeur ajoutée des branches secondaires se serait redressée de 2,4%, au lieu de +0,9% un trimestre plus tôt.
Portées par les branches de la «chimie et parachimie» (3,5%) et des IMME (2,6%), les industries manufacturières auraient de leur côté connu un accroissement de 2,1%, au lieu de +0,8%, au troisième trimestre 2016, en variation annuelle. Alors que les activités minières auraient progressé de 7,9%, grâce principalement aux activités d’extraction des minerais non-métalliques dont le phosphate brut qui aurait affiché une hausse de 9,6% au quatrième trimestre.
Le HCP a cependant noté qu’en dépit du recul des exportations d’acide phosphorique, les ventes de phosphate brut adressées aux industries locales de transformation seraient restées vigoureuses.
Le secteur de la construction aurait, pour sa part, enregistré une nouvelle hausse modérée au quatrième trimestre 2016, liée, particulièrement, au redressement de la demande adressée au secteur, «illustrée par la hausse de 24% des transactions immobilières à fin septembre 2016 et l’affermissement de 1,4% des prix des biens immobiliers, en glissement annuel», a expliqué HCP.
Après avoir progressé de 3,9%, un trimestre auparavant, l’activité électrique a connu une évolution de 3,1%, en variation annuelle. « Globalement, l’offre d’électricité aurait connu, au quatrième trimestre 2016, un accroissement de 3,9%, en glissement annuel. Elle aurait été assurée à hauteur de 13,8% par des importations du courant en provenance de l’Espagne, au lieu de 13,1% un trimestre auparavant ».
A noter que les données analysées par le HCP font état de la baisse de la valeur ajoutée agricole de 12,3%, en variation annuelle, consécutive au fléchissement de la production végétale et des performances modérées des activités d’élevage. Une baisse qui aurait entraîné une hausse des prix des produits agricoles.
Toujours selon les dernières prévisions du HCP, l’économie nationale devrait reprendre des couleurs au premier trimestre 2017, atteignant 3,9%, au lieu de +1,7% une année plus tôt, grâce à la hausse de 11,1% de la valeur ajoutée agricole. Ce qui, explique-t-il, porterait ainsi sa contribution à la croissance économique globale à 1,3 point.
«Sous l’hypothèse d’une régularité spatio-temporelle des pluies pendant les mois de février et mars 2017, la production végétale afficherait une croissance notable, tirée par une amélioration conjuguée des rendements et des surfaces semées des cultures précoces. La production animale devrait, également, s’accélérer profitant du redressement de la production avicole et de la poursuite du raffermissement des activités d’élevage du grand cheptel», a souligné le HCP.
Ce n’est pas tout. Le HCP prend aussi en ligne de compte la légère amélioration du climat des affaires qui serait attendue dans la zone euro au premier trimestre 2017 ainsi que la hausse des importations des pays avancés, notamment américaines, et la reprise graduelle de celle des pays émergents qui permettraient au commerce mondial de progresser à un rythme plus soutenu que l’année précédente.
«Dans ce contexte, la demande mondiale adressée au Maroc devrait enregistrer une hausse de 3,2%. Cette hausse profiterait à certaines branches industrielles exportatrices, comme l’automobile, l’électronique, l’habillement et le textile», explique-t-il.
En revanche, avertit le HCP, la légère reprise attendue des cours mondiaux du pétrole et des prix des matières premières industrielles risquerait d’impacter légèrement les importations nationales.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici