Israël et son armée en difficulté comme le Congo

0
112
Ghys Fortuné Dombe Bemba, fondateur du groupe de médias Talassa. Ph: La-croix.com

TRIBUNE. Le jusqu’au boutisme du Premier ministre Benjamin Netanyahu et ses Hommes à se maintenir au pouvoir coûte que coûte malgré des centaines de militaires morts ainsi que l’économie Israélienne qui se désagrège ont des grandes similitudes avec la gouvernance hasardeuse du clan Denis Sassou Nguesso.

Depuis le conflit larvé entre le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son ministre de la Défense, Yoav Gallant suivi des contestations de la population, de la fatigue et aux pertes quotidiennes à Gaza des Hommes de Tsahal, les problèmes s’accumulent pour l’armée israélienne et son État. Du 1er au 25 juin, Tsahal a perdu des dizaines d’Hommes dans diverses explosions à Gaza (c.f. The Times of Israël, Europe 1, Anadolu Ajansi, Le Monde.fr, the cadrle.co).

Au moment où nous mettons sur presse, Statista Research Department et bien d’autres sources font état de plus de 300 soldats morts et près de 2.000 blessés Israéliens. Ce bilan est, quoi qu’on dise, interpellant pour l’une des armées les plus puissantes et mieux équipées au monde. Cette armée en conflit avec des “ fourmis ” dans une superficie de 360 Km2 est dotée des avions, de matériels très sophistiqués, des armes et bombes de toutes catégories.

Les pertes quotidiennes dans les rangs de Tsahal font monter la pression au sein de l’opinion nationale. Pendant ce temps, l’état-major israélien ne cesse d’alerter sur la fatigue des hommes en treillis et le risque de manquer des soldats pour continuer à mener la guerre avec la même intensité contre le Hamas et le nouveau front Hezbollah au Liban (Ha’Aretz du 18/06/2024, Courrier International, France 24).

Selon Ahron Bregman, politologue et spécialiste du conflit israélo-palestinien au King’s College de Londres, depuis la dissolution de six divisions ces vingt dernières années, Tsahal manque plus de dix milles (10.000) soldats supplémentaires. Conséquence, sous prétexte d’augmenter le volume d’aide humanitaire entrant à Gaza alors que, c’est pour faire reposer ses troupes, l’état-major a décidé d’une pause tactique tous les jours de 8-19h. Les objectifs de détruire le Hamas s’évaporent en l’état actuel des Forces israéliennes. Pour preuve, le Tsahal vient d’annoncer, après des bombardements massifs à Rafah, qu’il terminait son opération dans cette zone (France24). La vérité, c’est qu’elle essuie une résistance qui frise l’échec voire une défaite de fait.

Selon des sources concordantes, bien que l’économie israélienne se redresse, elle a pris un sacré coup depuis le pogrom du 7 octobre 2023. On note une contraction de 21,7% du PIB au premier trimestre 2024, ce qui a emmené précédemment, l’agence Moody’s a baissé sa note. L’effondrement de la consommation intérieure de 26,9% et le chômage dont le taux est actuellement évalué à 3,4%, c.f. bureau central des statistiques israélien. Une des explications de cette décadence est le fait que plusieurs jeunes et réservistes ont rejoint l’armée et les Palestiniens ne traversent plus pour travailler.

Dans ce contexte, l’investissement en général et notamment celui de l’immobilier a considérablement chuté en Israël. De même, l’activité entrepreneuriale, le bâtiment et l’agriculture tournent au ralenti. Le secteur technologique, moteur de la croissance israélienne, n’a pas non plus été épargné par les effets de la guerre à Gaza, ce qui explique que des milliers de personnes ne travaillent plus.

La pression de l’opposition internes sur la guerre disproportionnée que mène Israël et l’échec de Benjamin Netanyahu n’arrangent pas les choses, en témoignent les heurts qui opposent, depuis le 17 juin, les forces de l’ordre aux manifestants. Eu égard à cela, l’adoption d’une nouvelle loi pour mobiliser les ultraorthodoxes et prolonger d’un an le temps durant lequel les réservistes seront réquisitionnés ne serait que peine perdue avec des problèmes de commandement stratégique qui se posent au plus haut niveau. Cela ressemble exactement au leadership congolais qui bégaie.

Comme en Israël, le Congo est en difficulté à cause de ses dirigeants rejetés par 89% des populations. En effet, malgré la manne issue de nouveaux gisements de gaz, de puits pétroliers, des dons et legs mais aussi des crédits de facilités par le FMI, le Congo est en cessation de paiement. Les parlementaires, les universitaires, les agents de la présidence, de la primature, des centres hospitaliers, les retraités et les étudiants, etc., comptabilisent plusieurs mois d’arriérés. Les investisseurs qui veulent être payés doivent céder plus de 30% de leurs créances à la CCA… Conséquences, la corruption, les actes de banditisme ou, simplement les « antivaleurs » croissent vertigineusement. Les congolais ont maille à partir avec leurs dirigeants qui les maintiennent en état de paupérisation sans précédent et qui ne respectent pas la Loi de la constitution taillée sur mesure pour Denis Sassou Nguesso comme le témoigne, les accords entre le Rwanda et le Congo mais aussi, le référendum pipé d’avance que veut organiser le gouvernement. Nombreuses des personnes interrogées ont des yeux rivés au conseil d’administration du FMI où, Anatole Collinet Makosso, Ludovic Ngatsé, Jean Baptiste Ondaye et leur lobby, au-delà des petits malentendus et des erreurs administratives, travaillent pour obtenir des résultats le 10 juillet prochain.

Il sied de dire, que la tension que suscite le dossier sur le Congo, est palpable dans les coulisses du fonds monétaire international comme nous venons de le constater lors du dépôt de notre lettre ouverte : d’un côté, les opposants et certains collabos de Sassou qui ne veulent plus du gouvernement Makosso ll et de l’autre, les réseaux de Collinet Makosso et de M. Sassou. Avec des pénuries d’électricité et d’eau, le manque d’hôpitaux, couplé aux injustices, aux méchancetés de tous bords, le malaise qui peut imploser le Congo gagne du terrain surtout que les pillards de la république continuent à se la couler douce.

Ghys Fortune BEMBA DOMBE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici