Centrafrique : A l’exemple de la Rumba, les artistes centrafricains veulent aussi promouvoir des originalités nationales

0
141
L'artiste musicien Losseba Ngoutiwa sur scène lors d'un concert pour la paix à Bangui.
Publicité

L’inscription, le 14 décembre dernier, de la rumba congolaise au patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’Unesco fait réagir les pratiquants de ce genre musical en République centrafricaine. Ce style musical, né en Afrique centrale, précisément dans les deux Congo, est exporté dans le monde entier et fait aujourd’hui la fierté de l’Afrique.

La rumba est ce genre musical qui facilite la transmission des valeurs sociales et culturelles africaines ; à travers la musique jouée avec des instruments tradi-modernes. Pour le ministère centrafricain des Arts et de la culture, cette reconnaissance au niveau mondial est une bonne nouvelle, non seulement pour les deux Congo mais également pour les valeurs culturelles centrafricaines. Un avis partagé par certains artistes locaux.

« Cette inscription me donne le courage de travailler davantage »

Publicité

“Nous louons cette initiative. Aujourd’hui, la rumba congolaise est inscrite au patrimoine immatériel de l’Unesco. C’est pour nous une fierté car nous faisons également la rumba. Cette inscription me donne le courage de travailler davantage dans ce sens” affirme Vanostar Van, artiste musicien centrafricain.

D’autres icones de la musique centrafricaine par contre, comptent militer davantage pour l’intégration, un jour, des valeurs centrafricaines au patrimoine mondial. A l’exemple du Motenguènè, un style musical centrafricain.

« Nous centrafricains devons aussi valoriser notre identité musicale »

“Mon plus grand souci, c’est de porter le Motenguènè au même niveau que la rumba. On connait déjà les congolais avec leur style de musique. Nous centrafricains, nous devons aussi valoriser notre identité musicale. On doit travailler dur pour que le Montènguènè fasse partie de ce patrimoine” déclare Losseba Ngoutiwa, artiste musicien.

Tout comme la musique, plusieurs biens immatériels de la République centrafricaine peuvent être inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco selon le département des arts et de la culture.

Un secteur délaissé faute de moyens

“Je peux citer les mégalithes de Bouar. Nous avons également les huttes des pygmées et les mets que nous préparons localement. Notamment, le yabanda et kpokpongo. S’il y avait les moyens, on aurait inscrit toutes ces valeurs au patrimoine mondial” a invoqué Philippe Bokoula, directeur général des Arts et de la culture.

La Nkoumba, comme on l’appelait à sa naissance, a pris sa source en Afrique centrale chez les Bantous, précisément dans le Royaume du Kongo au XVIIe siècle. Ce style de musique sera appelé plus tard la Rumba à Cuba au début des années 50. Elle est une musique accompagnée de chants et de danses rythmée, jouée sur des instruments de percussion et instruments à vents.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here